Cours intensifs

Trois cours intensifs seront offerts.

L’atelier sur les applications de la minéralogie le long du cycle minier pointera l’importance des techniques minéralogiques disponibles pour fournir des informations cruciales dans ses différentes étapes. On y abordera, en particulier, la pertinence des études minéralogiques pour la détermination du plein et du juste potentiel d’un gisement donné, et ce, dès l’étape de l’exploration. Il sera aussi question d’évaluer les conséquences métallurgiques et environnementales de l’exploitation de ce gisement ainsi que le traitement de son minerai. Le procédé de traitement pourra être optimal avec l’aide de la minéralogie et pourra être diagnostiqué en cas de contre-performances grâce à la minéralogie appliquée et à l’essor que cette dernière a connu durant la dernière décennie. Enfin, quelques exemples permettront d’illustrer l’apport de la minéralogie appliquée à la prédiction environnementale fiable et à la bonne gestion des rejets miniers, incluant la possibilité de leur retraitement et de leur valorisation. La formation s’achèvera par une partie démonstration en direct avec les principaux outils de minéralogie disponibles à l’URSTM-IRME-UQAT.

Le traitement des eaux contaminées est un défi majeur pour l’industrie minière dans un contexte d’exploitation responsable des ressources minérales. Parmi les contaminants communs, mais toujours problématiques, on retrouve le drainage minier acide (DMA) fortement contaminé et l’azote ammoniacal. Le traitement du DMA fortement contaminé pose des défis, surtout lors de la restauration des sites, alors que celui de l’azote ammoniacal est complexe durant les opérations minières. Le séminaire mettra l’emphase, via des études de cas, sur les enjeux des technologies classiques pour le traitement de ces contaminants, des technologies en développement (substrats alcalins dispersés pour le DMA fortement contaminé et annamox pour l’azote ammoniacal), ainsi que de l’évaluation et du traitement de la toxicité aquatique des effluents miniers.

Une façon de contrôler la génération de contaminant provenant de sites d’entreposage de rejets miniers consiste à limiter les infiltrations d’eau. Pour ce faire, des matériaux à faible conductivité hydraulique doivent être utilisés dans les recouvrements. Parmi ces matériaux, on retrouve les matériaux naturels et les matériaux composites tels les géomembranes et les géocomposites bentonitiques. Le présent atelier vise à présenter les propriétés de ces matériaux et les principaux facteurs qui influencent leur performance à court, moyen et long terme. Des présentations d’experts internationaux traiteront du sujet et une période de question/discussion permettra aux participants d’échanger avec eux.

COLLABORATEURS